• lettre de Jésus pour son anniversaire

     

    La date de mon anniversaire approche. Tous les ans, il y a une grande célébration en mon honneur et je pense que cette année encore cette célébration aura lieu.

    Pendant cette période, tout le monde fait du shopping, achète des cadeaux, il y a plein de publicité à la radio et dans les magasins, et tout cela augmente au fur et à mesure que mon anniversaire se rapproche.

    C’est vraiment bien de savoir, qu’au moins une fois par an, certaines personnes pensent à moi. Pourtant je remarque que si au début les gens paraissaient comprendre et semblaient reconnaissants de tout ce que j’ai fait pour eux, plus le temps passe, et moins ils semblent se rappeler la raison de cette célébration. Les familles et les amis se rassemblent pour s’amuser, mais ils ne connaissent pas toujours le sens de la fête.

    Je me souviens que l’année dernière, il y avait un grand banquet en mon honneur. La table de la salle à manger était remplie de mets délicieux, de gâteaux, de fruits et de chocolats. La décoration était superbe et il y avait beaucoup de magnifiques cadeaux emballés de manière très spéciale.

    Mais vous savez quoi ? Je n’étais pas invité… J’étais en théorie l’invité d’honneur, mais personne ne s’est rappelé de moi et ils ne m’ont pas envoyé d’invitation. La fête était en mon honneur, mais quand ce grand jour est arrivé, on m’a laissé dehors et ils m’ont fermé la porte à la figure… et pourtant moi je voulais être avec eux et partager leur table.

    En réalité, je n’étais pas surpris de cela car depuis quelques années, toutes les portes se referment devant moi. Comme je n’étais pas invité, j’ai décidé de me joindre à la fête sans faire de bruit, sans me faire remarquer. Je me suis mis dans un coin, et j’ai observé.

    Tout le monde buvait, certains étaient ivres, ils faisaient des farces, riaient à propos de tout. Ils passaient un bon moment. Pour couronner le tout, ce gros bonhomme à la barbe blanche est arrive, vêtu d’une longue robe rouge, et il riait sans arrêt : ‘ho ho ho!’ Il s’est assit sur le sofa et tous les enfants ont couru autour de lui, criant ‘Père Noël ! Père Noël !’, comme si la fête était en son honneur!

    A minuit, tout le monde a commencé à s’embrasser ; j’ai ouvert mes bras et j’ai attendu que quelqu’un vienne me serrer dans ses bras et… vous savez quoi… personne n’est venu à moi.

    Soudain ils se sont tous mis à s’échanger des cadeaux. Ils les ont ouverts un par un, en grande excitation. Quand tout a été déballé, j’ai regardé pour voir si, peut-être, un cadeau était resté pour moi.

    Qu’auriez vous ressenti si, le jour de votre anniversaire, tout le monde s’échangeait des cadeaux et que vous n’en receviez aucun ? J’ai enfin compris que je n’étais pas désiré à cette soirée et je suis parti silencieusement.

    Tous les ans ça empire. Les gens se rappellent seulement de ce qu’ils boivent et mangent, des cadeaux qu’ils ont reçu et plus personne ne pense a moi. J’aurais voulu pour la fête de Noël cette année que vous me laissiez rentrer dans votre vie.

    J’aurai souhaité que vous vous rappeliez qu’il y a plus de 2000 ans de cela, je suis venu au monde dans le but de donner ma vie pour vous. Car je ne vous ai pas oublié, je vous aime très fort !

                                                                                                                                           Jésus

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Chers amis de la paroisse,

     

    Au retour d’un voyage à Alger, Oran et Tibhirine, à l’occasion de la béatification des 19 martyrs d’Algérie, j’ai été tellement touchée que j’ai écrit un texte pour partager avec mes amis. Il dit les drames et souffrance d’une peuple et d’une Église (mais aussi, hélas de tant d’autres peuples et Eglises) et l’Espérance qu’ils ont semé.

    Vient se greffer aussi l’attaque de Strasbourg qui ne manquera pas de raviver des méfiances, voire des haines à l’encontre des musulmans dans notre pays.

    Ce texte est un peu long, et peut-être vous n’aurez pas le courage de le lire. Mais il y aura au moins ces quelques photos ajoutées par Bernard.

    Avec amitié.

    Monique Hébrard (carré sainte Geneviève -13 rue de la Station - 92600 Asnières - 01 47 37 78 42 -

    06 10 08 40 84)

     

    Lire la suite...

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • 1ère  ENCYCLIQUE   DU  PAPE  FRANÇOIS.

     

    Il s’agit d’un résumé de l’encyclique pour ceux

    qui n’ont pas le temps de tout lire.

    Il est fait par un éminent théologien de Toulouse , Le père Jean  Rigal.

     

     

     POUR  AGRANDIR  , OUVREZ    UNE  NOUVELLE  FENÊTRE

      EN  CLIQUANT   SUR  LA  FLÈCHE  EN  HAUT  ET  À  DROITE  

    DE  LA  FEUILLE  D'ANNONCES.

     

     

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique